Blog

Citations

« L’Etat, c’est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s’efforce de vivre aux dépens de tout le monde. »

Frédéric Bastiat
L’Etat
Journal des Débats, 25 septembre 1848


« L’intolérance n’est peut-être qu’une certaine inaptitude à isoler la pensée de l’action; elle consiste à faire comparaître les idées d’autrui non pas devant notre seule raison, mais devant les appétits et les désirs qui lui font bruyamment cortège. »

Henri Bergson
La politesse
(Discours de remise des prix prononcé au Lycée Henri IV en 1892)


« Un grand épuisement de force et de santé, peut-être. Mais surtout un grand épuisement d’espérance, de la force première de toutes, peut-être la seule forte, de la force de l’espérance. Ce n’est pas impunément qu’une génération comme la nôtre subit tant de déception. Non pas même tant de déceptions. Fragmentaires. Discontinues. Discriminées. Distinguées. Et dont on peut dire l’une après l’autre que ce sont des déceptions, telle et telle déception. Mais une seule déception continue, perpétuée. Presque amorphe. Gélatineuse. Indistinguée intérieurement. Etalée sur dix ou quinze ans. Un désabusement perpétuel, commencé il y a dix ans par un coup d’éclat, continué incessamment depuis par une accélération, par une aggravation perpétuelle. »

Charles Péguy
Nous vivons en un temps si barbare (in Cahier de la quinzaine, X,13 – 1909)


« A la différence des Européens qui conservent des ruines gallo-romaines mais oublient Sénèque, qui visitent des cathédrales en délaissant le christianisme, les Chinois ne logent pas leur culture dans les pierres. Ici, le passé constituait le présent de l’esprit, pas une empreinte sur la roche. Le monument demeurait secondaire, d’abord comptait le coeur spirituel, gardé, transmis, vivant, incessamment jeune, plus solide que tout édifice. [...] Confucius habitait le cerveau des hommes: sa défense de l’amour familial, son culte du respect, sa lutte contre les abus perduraient dans les têtes. »

Eric-Emmanuel Schmitt
Les dix enfants que madame Ming n’a jamais eus (2012)


« Voyez-vous, monsieur, nous nous construisons, inévitablement. Je m’explique. J’entre ici et je deviens immédiatement, en face de vous, celui que je dois être, celui que je peux être. Je me construis. C’est-à-dire que je me présente à vous sous une forme adaptée aux relations que je dois nouer avec vous. Et vous, qui me recevez, en faites autant de vous-même. Mais au fond, à l’intérieur de nos constructions dressées ainsi l’une en face de l’autre, derrière les persiennes et les volets restent, bien cachées, nos pensées les plus secrètes, nos sentiments les plus intimes, tout ce que nous sommes pour nous-mêmes, en dehors des relations que nous voulons établir. »

Luigi Pirandello
La volupté de l’honneur (Acte I, scène 8)


« Aurai-je longtemps le sentiment du merveilleux quotidien ? Je le vois qui se perd dans chaque homme qui avance dans sa propre vie comme dans un chemin de mieux en mieux pavé, qui avance dans l’habitude du monde avec une aisance croissante, qui se défait progressivement du goût et de la perception de l’insolite. »

Louis Aragon
Préface à une mythologie moderne, in Le Paysan de Paris


« La promesse est le triomphe du temps qui dure sur le temps qui passe. »

Jean d’Ormesson
Le rapport Gabriel (1999)


« L’idée d’une différence de races dans la population de la France, si évidente chez Grégoire de Tours, ne se présente à aucun degré chez les écrivains et les poètes français postérieurs à Hugues Capet. (…) L’oubli, et je dirai même l’erreur historique, est un facteur essentiel de la création d’une nation, et c’est ainsi que le progrès des études historiques est souvent pour la nationalité un danger. L’investigation historique, en effet, remet en lumière les faits de violence qui se sont passés à l’origine de toutes les formations politiques, même celles dont les conséquences ont été le plus bienfaisantes. »

Ernest Renan
Qu’est-ce qu’une nation ? – Conférence faite à la Sorbonne le 11 mars 1882


« [Les saint-simoniens] regardaient les ouvriers de très haut, avec une méfiance instinctive de propriétaires, de fonctionnaires et de rentiers. Ils (…) étaient persuadés qu’une poignée de banquiers et d’industriels, élaborant un budget avec une sagesse scientifique, remédieraient à tous les maux de la société. »

Mario Vargas Llosa
Le Paradis – un peu plus loin (2003)


« Vigny-sur-Seine se présente entre deux écluses, entre ses deux coteaux dépouillés de verdure, c’est un village qui mue dans sa banlieue. Paris va le prendre.

Il perd un jardin par mois. La publicité, dès l’entrée, le bariole en ballet russe. La fille de l’huissier sait faire des cocktails. Il n’y a que le tramway qui tienne à devenir historique, il ne s’en ira pas sans révolution. Les gens sont inquiets, les enfants n’ont déjà plus le même accent que leurs parents. On se trouve comme gêné quand on y pense d’être encore de Seine-et-Oise. Le miracle est en train de s’accomplir. La dernière boule de jardin a disparu avec l’arrivée de Laval aux affaires et les femmes de ménage ont augmenté leurs prix de vingt centimes de l’heure depuis les vacances. Un bookmaker est signalé. La receveuse des Postes achète des romans pédérastiques et elle en imagine de bien plus réalistes encore. Le curé dit merde quand on veut et donne des conseils de Bourse à ceux qui sont bien sages. La Seine a tué ses poissons et s’américanise entre une rangée double de verseurs tracteurs-pousseurs qui lui forment au ras des rives un terrible râtelier de pourritures et de ferrailles. Trois lotisseurs viennent d’entrer en prison. On s’organise. »

Louis-Ferdinand Céline
Voyage au bout de la nuit (1932)
[A propos du processus d'urbanisation de la banlieue parisienne]